“Le diable s’est toujours mis du côté des savants”- Anatole france, le jardin d’Epicure

“Le Diable s’est toujours mis du côté des savants”- Anatole France- le jardin d’épicure

La science nous donne de la liberté. Nous pouvons vivre plus longtemps, nous pouvons choisir la couleur de nos cheveux et nous pouvons aller en vacances en avion. Mais la liberté, est-elle toujours une bonne cause? Quels sont les méfaits du progrès? Est-il justifié de mettre le diable du côté des savants?

La science nous entoure, il y a des gens qui se sentent perdus parmi toutes techniques qui veulent donc retourner à la nature. Il veulent vivre hors de la civilisation moderne, peut-être veulent-ils vivre dans le jardin d’Epicure. Devons-nous échapper du monde ou l’embrasser? Nous ne devons pas accepter tout ce que les ordinateurs ou le gouvernement nous disent sans réfléchir. Nous devons réaliser que nous sommes arrivés dans un temps où la science est prédominante, nous devons trouver notre place dans ce monde.

Le progrès est là pour nous rendre plus heureux, pour rendre nos vies plus faciles. La science nous donne de la liberté, la liberté du chois, la liberté de l’opinion par exemple. Mais comment devons-nous réagir à cette liberté qui nous est donnée? Quand nous constatons, grâce à la science, que nos bébés qui ne sont pas encore nés, sont sérieusement malades, qu’est-ce que nous devons faire? La connaissance de cette maladie nous donne une liberté de choix, nous pouvons élever l’enfant ou pas. Cette liberté, ce progrès dans la science peut-nous rendre heureux ou malheureux. Mais ce progrès, comme les développements des technologies guerrières, est quelque chose d’utile et peut-être aussi quelque chose de nécessaire.

La science commence à expérimenter des choses qui sont moins importantes et même un peu choquantes. Sera-t-il possible de choisir le sexe ou la couleur des yeux de nos bébés dans quelques années? Sera-t-il possible de cloner un être humaine? Cette liberté de choix ne sert à rien elle est même ridicule! Nous devons laisser certaines ‘décisions’ à la nature.

Il y a encore beaucoup de domaines dans lesquels la science peut apporter des améliorations comme trouver un remède contre le sida par exemple. Il est à nous de choisir jusqu’à quel niveau le progrès peut contrôler nos vies. La science continuera à se développer.

Advertenties

Le TGV, trop rapide, est un mauvais coup porté au livre – Bernar Pivot, le métier de lire

D’après  Bernard Pivot nous avons perdu la patience et la concentration qui sont nécessaires à la lecture d’une oeuvre littéraire. Nous parcourons nos vies trop vite sans nous rendre comte de petites choses. “Le TGV, trop rapide, est un mauvais coup porté au livre”.

Je dois admettre que si le train prend du retard, je m’ennuie aussi avec le temps que j’ai perdu. Heureusement je suis une jeune qui aime lire. Donc si le train est en retard je prends un livre ou je lis un journal et de cette façon le temps passe désormais plus vite. Les jeunes de nos jours préfèrent s’amuser avec des jeux sur le téléphone portable en attendant le train. Les jeunes ne trouvent pas en eux le désir de lire, de dévorer un livre d’un bout à l’autre.

J’ai trouver une autre citation de Bernard Pivot de son livre Le métier de lire. A mon avis, l’auteur s’exprime plus clairement avec ces mots-ci: “Malheur aux naïfs qui croient que zapper c’est vivre et qu’en conséquence vivre c’est zapper…” L’habitude de zapper quand quelque chose n’est pas assez intéressant se montre aussi dans la vie quotidienne. Beaucoup de jeunes ne peuvent plus s’amuser avec des choses simples comme faire une promenade, aller voir la famille, cuisiner (des repas faits au four micro-ondes sont plus faciles et rapides) et nous ne pouvons pas oublier l’art de lire un livre.

Peut-être pouvons-nous dire que tout cela est un résultat du ‘zapping’ et que nous devenons de plus en plus isolés les uns des autres.

croyez ceux qui cherchent la vérité, doutez ceux qui la trouvent- André Gide

La vérité change au fil du temps avec chaque nouvelle civilisation. Il y a des différentes cultures et nouveaux inventions. Il s’agit d’une recherche continuelle. En chaque siècle on pensait qu’on avait trouvé une certaine vérité. Il y a des siècles où les gens ont pensé que la terre n’est pas ronde ou ils pensaient que la terre était le centre du système planétaire. Donc, est-il possible de trouver la seule vérité? Si quelqu’un dit qu’il a trouvé la vérité doit-on croire cette personne ou plutôt douter cette personne?

La recherche de la vérité ultime rend la vie intéressante. Les gens sont curieux et sont stimulés par les questions qu’ils se posent. La recherche contribue à la communication autour du monde. Des gens vont discuter entre eux et vont rechercher ensemble toutes les réponses possibles.

On ne sait pas si à l’avenir il y aura des techniques qui seront plus performantes que celles dont on dispose aujourd’hui. De la même façon qu’on a découvert que la terre est ronde et que le soleil se trouve au milieu du système planétaire, nos prédécesseurs pourront réfuter quelque chose qu’on a pensé être vrai mais qui ne l’est pas. Avoir une seule vérité, est-cela possible? Si l’humanité continue de se développer, la vérité continue aussi de se développer devant nos yeux. A mon avis il n’est pas nécessaire de connaître tout car dans ce cas notre vie serait restreinte à nos connaissances intellectuelles sans place pour la supposition ou l’imagination.

André Gide était homosexuel. Peut-être veut-il aussi mettre en question la religion avec cette citation. l’église n’accepte pas l’homosexualité et les prêtres sont sûrs que Dieu dit que cela est un péché. Pour l’église cela est la seule vérité. Il y a beaucoup de différentes idées sur la religions dans le monde et chacun dit qu’ils ont la seule vérité. Qui doit-on croire?

‘le journalisme, c’est le contact et la distance’- Hubert Beuve- Méry

Les journalistes ont une tâche très dure. Ils doivent trouver une équilibre entre le contact et la distance dans les articles. Dans quels cas doit-le journaliste se concentrer sur montrer les émotions, montrer une autre point de vue, c’est-à-dire se concentrer sur le contact? Et quand peut-on dire qu’un journaliste doit conserver la distance avec le sujet.

Il y a quelques mois que l’accident de bus en Suisse s’est passé. à la une de nombreux journaux on pouvait voir des photos de victimes. Les journalistes n’ont pas demandé aux parents s’ils pouvait utiliser ces photos. Cela montre que beaucoup de journaux se concentrent sur le spectacle et les chiffres de vente sans penser aux émotions qu’ils peuvent provoquer chez les familles. Montrer ces photos ne donne pas un autre sens à l’événement.

Ces articles ont reçues beaucoup de mauvaises réactions de plusieurs côtés. Dans ce cas-ci je pense que ce soit mieux de se limiter à des simples faits.

Est-il possible que beaucoup de gens pensent comme moi parce que l’accident de bus s’est passé avec des enfants qui vivent en Flandre? Peut-être pensons- nous autrement si nous voyons des photos d’un bombardement en Afghanistan. Les journalistes doivent donc être conscients pour quel public ils écrivent.

Aussi le contact est très important dans le journalisme. Prenons par exemple la politique. Une histoire personnelle d’un candidat dans la politique est plus susceptible de convaincre des électeurs qu’un article avec seulement des faits sur sa carrière.

Il est difficile de plaire à tout le monde. Donc beaucoup de journaux pensent seulement à les chiffres de vente. Il y a toujours des gens qui peuvent se sentir attaqués ou trahis.

Je respecte les journalistes qui prennent risques. Mais il y a des choses qui sont plus importantes qu’un bon article. Les journalistes ne peuvent jamais oublier qu’ils parlent de la vie de certaines personnes, ils doivent respecter les intimités de la vie privée.